Philisto > Articles

Articles

Page : 1 2 3 4


Ecrit par Thibault | Vu 576 fois | Aucun commentaire


logo
A partir des années 1950, la culture dominante, c'est-à-dire celle des élites sociales et économiques, se voit contestée par une frange de plus en plus large d'une jeunesse ne se reconnaissant pas dans la société, et développant une contre-culture. Ce mouvement de révolte culturelle, initié par des écrivains, est porté surtout par la musique rock et pop à partir de la fin des années 1950, et touche l'Amérique du Nord et l'Europe occidentale, avec comme épicentres Londres puis la Californie. L'opposition à la guerre du Vietnam lui fait prendre une tournure plus radicale à la fin des années 1960 avant un certain reflux dans les années 1970, décennie qui voit une transformation des combats culturels.


Ecrit par Thibault | Vu 636 fois | Aucun commentaire


logo
Au Moyen Âge, le royaume de France est un espace presque exclusivement chrétien où l'unité religieuse est le ciment du tissu social. Dans ces conditions, les juifs se trouvent en marge de la société. La tolérance du pouvoir et des populations vis-à-vis des communautés juives varie selon les espaces et les périodes, à une époque où le domaine royal est loin de couvrir l'ensemble de la France actuelle. Si toute la période est marquée par un antijudaïsme latent, ce sont des contextes particuliers qui amènent les violences et persécutions.


Ecrit par Thibault | Vu 545 fois | Aucun commentaire


logo
La période courant de 1945 à 1990 voit la transformation des rapports entre l'État et des médias qui se diversifient. A la presse, média traditionnel qui a connu son âge d'or à la Belle Époque, s'ajoute la radio à partir des années 1920 et la télévision à la fin des années 1930, ne s'imposant toutefois dans les foyers que durant les années 1960. A la Libération, la radio et la télévision sont sous monopole public ce qui permet à la presse de garder une certaine singularité en tant que média libre. Les présidences de De Gaulle et Pompidou sont marquées par le contrôle étatique et la censure avant que celles de Valéry Giscard d'Estaing et de François Mitterrand ne permettent une autonomisation et une libéralisation de l'audiovisuel. Les médias constituent un enjeu tel que le pouvoir politique ne peut toutefois pas les ignorer : au contrôle direct de l'État va se substituer au cours des années 1970-1980 des modes d'influence indirects sur les médias.


Ecrit par Thibault | Vu 862 fois | Aucun commentaire


logo
A la sortie de la Première Guerre mondiale, la France apparaît comme la plus épuisée des puissances victorieuses. 1.350.000 Français ont trouvé la mort (contre 885.000 Britanniques, 651.000 Italiens et 117.000 Américains). La guerre a coûté au pays 140 milliards de francs-or de 1913, soit six ou sept fois plus que ses dépenses habituelles. La dette publique a été multipliée par plus de six entre 1913 et 1919, passant de 33,6 milliards de francs à 204,7 milliards. Les Français veulent d'une paix qui écarte à jamais le danger allemand. Ce n'est pas seulement la volonté des dirigeants mais des combattants et des populations comme le révèle le contrôle postal et les rapports sur la situation morale et politique. Les gouvernements successifs et la population vont pourtant aller de désillusions en désillusions, jusqu'à la crise des années 1930.


Ecrit par Thibault | Vu 8505 fois | Aucun commentaire


logo
En 1871, moins d'un an après la chute du Second Empire, les Français élisent l'Assemblée la plus monarchiste depuis 1849. Sur 675 membres, environ 400 sont royalistes (avec près de 220 orléanistes et 180 légitimistes). C'est une divine surprise pour les royalistes qui espèrent une troisième Restauration. Le roi est tout désigné, c'est Henri, comte de Chambord, petit-fils de Charles X. Pourtant le prince ne viendra pas, s'entêtant étrangement à refuser le drapeau tricolore.


Ecrit par Thibault | Vu 6589 fois | Aucun commentaire


logo
Grand scandale politico-financier de la fin du XIXe siècle, l'affaire du Panama éclaboussa la fine fleur du régime républicain au travers des parlementaires et ministres de la majorité et faillit faire vaciller le régime. Au cœur de ce scandale, la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama, fondée par Ferdinand de Lesseps, le « Grand Français » réalisateur du canal de Suez. En difficulté financière, elle acheta les votes d'une centaine de parlementaires ainsi que les bonnes grâces de la presse afin d'attirer l'épargne des Français. Sa liquidation en 1889 amena la ruine de dizaines de milliers d'épargnants. La presse nationaliste et antirépublicaine se fit leur porte-voix pour dénoncer les coupables, tandis qu'opportunistes et radicaux en profitèrent pour régler des comptes politiques.


Ecrit par AXELG | Vu 5464 fois | Aucun commentaire


logo
Age d'or de la loi, la IIIe république en sonne également le déclin. Jadis révérée, elle fait face à des maux internes et externes : inflation législative, développement du droit de l'Union Européenne, contrôle de constitutionnalité, perte du monopole parlementaire. Son déclin n'est pas sans susciter une inquiétude à l'égard de la démocratie : bousculée par un amoncellement de textes législatifs, souvent obscurs, par l'accroissement du formalisme ainsi que par la normativité européenne, et si le XXIe siècle en sonnait également la fin ?


Ecrit par AXELG | Vu 7803 fois | Aucun commentaire


logo
C'est un système légicentriste que la Révolution lègue à la France. Souveraine, la loi seule peut contraindre parce qu'expression de la volonté générale. Mais depuis la fin du XXe siècle, le droit s'écarte de la loi. Celle-ci est concurrencée par les outils législatifs de l'exécutif (décrets et ordonnances) et contrôlée par le Conseil Constitutionnel. Elle est aux prises avec le droit de l'Union Européenne. Sa clarté diminue, du fait notamment de l'inflation législative. Ce déclin suscite des inquiétudes quant à l'avenir de la démocratie.


Ecrit par AXELG | Vu 1602 fois | Aucun commentaire


logo
La campagne électorale pour la Présidence des Etats-Unis de 2016 a vu la victoire de Donald Trump. Cependant la victoire ne lui était pas acquise. Alors que la campagne était censée se résumer à un affrontement entre Jeb Bush et Hillary Clinton, deux multimillionnaires, Bernie Sanders et Donald Trump, outsiders populistes, rebattirent les cartes. Une manière de prouver, s'il en était encore besoin, à quel point les campagnes ne sont pas jouées d'avance, encore plus aux Etats-Unis. Retour sur la campagne de 2016.


Ecrit par Thibault | Vu 3158 fois | Aucun commentaire


logo
Le règne de Philippe II, dit Philippe Auguste, constitue un tournant décisif dans l'histoire de la monarchie capétienne et pour l'extension du royaume de France. « A son avènement en 1180, écrit l'historien Robert-Henri Bautier, il était encore un des princes féodaux. A sa mort, en 1223, la France était un Etat, et sans doute, depuis le triomphe de Bouvines, le plus puissant et le plus prospère de l'Europe : le siècle d'or de Saint Louis était commencé ». En conclusion de sa biographie (dans les sources), le médiéviste Jean Flori écrit qu' « aucun roi avant lui n'avait laissé un tel bilan. Il a assuré sa descendance, remporté la victoire sur tous ses puissants voisins et donné la paix au royaume ; il a amélioré son administration et ses finances, et agrandi considérablement le domaine royal. »


Ecrit par Thibault | Vu 11652 fois | Aucun commentaire


logo
La Seconde Guerre mondiale a constitué un traumatisme dans un pays qui a été humilié par la défaite de 1940 puis divisé sur l'attitude à adopter à l'égard de l'occupant. A la Libération, les divisions des Français ne sont pas effacées. Une fois la phase de l'épuration terminée, les autorités mènent une politique de réconciliation nationale derrière le mythe d'une France résistante. Cette vision des années d'Occupation se maintient plus ou moins jusqu'à la fin des années 1960, avant que des ouvrages et films entraînent un renversement des mémoires. Aujourd'hui, presque 80 ans après les faits, les thèmes de la collaboration et de la résistance irriguent toujours le débat public ; les films, livres, commémorations continuent à alimenter une « obsession » (Henry Rousso) qui ne semble pas prête de s'éteindre.


Ecrit par Thibault | Vu 3452 fois | Aucun commentaire


logo
Le 17 février 1892, le pape Léon XIII frappe un grand coup sur l'opinion publique. Ce jour-là est publiée une interview du souverain pontife dans Le Petit Journal, grand quotidien populaire. Qu'y dit-il ? « Je suis d'avis que tous les citoyens doivent se réunir sur le terrain légal ; chacun peut garder ses préférences intimes ; mais dans le domaine de l'action il n'y a que le gouvernement que la France s'est donné. La République est une forme de gouvernement aussi légitime que les autres. » Le pape appelle donc les monarchistes catholiques à rendre les armes face à la République et à la servir loyalement. Cet entretien, complété par une encyclique le même jour, donne un caractère officiel à la politique du Ralliement de l'Église à la République et bouleverse la vie politique française.


Ecrit par Thibault | Vu 3732 fois | Aucun commentaire


logo
En 1919, en pleine guerre civile contre les Blancs (partisans du pouvoir tsariste), dans un contexte de Terreur et de famine, alors que l'industrie est au plus mal et que le marché noir se développe, des membres du nouveau pouvoir soviétique (Larine, Boukharine, Preobrajenski) décident de mettre en place une réforme économique surréaliste : l'abolition de l'argent ! C'est l'historien américain Richard Pipes qui présente de manière relativement détaillée ce projet grotesque dans La Révolution russe.


Ecrit par Thibault | Vu 10709 fois | Aucun commentaire


logo
Plus d'un million : c'est le nombre total de chrétiens européens capturés par les corsaires d'Alger, de Tunis et de Tripoli en trois siècles (du XVIe siècle au début du XIXe siècle) selon l'historien américain Robert C. Davis. Cet esclavage oublié constitua un réel traumatisme pour les populations des côtes et des îles de Méditerranée durant l'époque moderne. Ce n'est pourtant qu'au XIXe siècle que les Européens réagirent jusqu'à la conquête française d'Alger en 1830 qui marqua la fin de ce trafic.


Ecrit par Thibault | Vu 6313 fois | Aucun commentaire


logo
Tolède est avant tout connue pour avoir été la capitale du brillant royaume wisigoth d'Espagne. Mais elle fut aussi une des plus brillantes cités d'al-Andalus. Conquise par Tariq ibn Ziyad fin 711/début 712, les chroniqueurs arabes insistent alors sur l'extraordinaire butin que les conquérants découvrent à Tolède, particulièrement la Table de Salomon composée d'or, d'argent, de perles, de rubis et d'émeraudes, tandis qu'une partie de la population fuit la ville avec l'archevêque Sinderède selon les témoignages chrétiens. Malgré sa splendeur, les musulmans délaissent pourtant Tolède au profit de Cordoue qui devient la nouvelle capitale de l'Espagne, mais la capitale des Wisigoths reste néanmoins désignée dans les textes sous le nom de Medinat al-Muluk, la « Ville des rois ». A partir des années 750, Tolède est désignée sous le nom de Tulaytula et est capitale de la Marche moyenne. C'est cette ville riche, vaste et peuplée (30.000 habitants au XIe siècle) sous l'ère islamique que cet article entend décrire.

Page : 1 2 3 4

Une inscription est nécessaire pour pouvoir proposer un article !


uTip
C'était un 14 Juillet
Evènement : En 1789, les émeutiers parisiens prennent d'assaut la Bastille, forteresse défendue par le gouverneur de Launay.

Naissance de : Jules Mazarin, prélat et homme d'Etat français (1602-1661).

Décès de : Philippe II Auguste, roi de France (1165-1223).

Top 3 du concours du mois
Sondage

Vous êtes ...

Répondre