492 membres 42 visiteurs connectés
Se connecter Pas encore inscrit ?
Philisto > Articles

Articles

Page : 1 2 3


Ecrit par Thibault | Vu 1912 fois | Aucun commentaire


logo
La Seconde Guerre mondiale a constitué un traumatisme dans un pays qui a été humilié par la défaite de 1940 puis divisé sur l'attitude à adopter à l'égard de l'occupant. A la Libération, les divisions des Français ne sont pas effacées. Une fois la phase de l'épuration terminée, les autorités mènent une politique de réconciliation nationale derrière le mythe d'une France résistante. Cette vision des années d'Occupation se maintient plus ou moins jusqu'à la fin des années 1960, avant que des ouvrages et films entraînent un renversement des mémoires. Aujourd'hui, presque 80 ans après les faits, les thèmes de la collaboration et de la résistance irriguent toujours le débat public ; les films, livres, commémorations continuent à alimenter une « obsession » (Henry Rousso) qui ne semble pas prête de s'éteindre.


Ecrit par Thibault | Vu 654 fois | Aucun commentaire


logo
Le 17 février 1892, le pape Léon XIII frappe un grand coup sur l'opinion publique. Ce jour-là est publiée une interview du souverain pontife dans Le Petit Journal, grand quotidien populaire. Qu'y dit-il ? « Je suis d'avis que tous les citoyens doivent se réunir sur le terrain légal ; chacun peut garder ses préférences intimes ; mais dans le domaine de l'action il n'y a que le gouvernement que la France s'est donné. La République est une forme de gouvernement aussi légitime que les autres. » Le pape appelle donc les monarchistes catholiques à rendre les armes face à la République et à la servir loyalement. Cet entretien, complété par une encyclique le même jour, donne un caractère officiel à la politique du Ralliement de l'Église à la République et bouleverse la vie politique française.


Ecrit par Thibault | Vu 991 fois | Aucun commentaire


logo
En 1919, en pleine guerre civile contre les Blancs (partisans du pouvoir tsariste), dans un contexte de Terreur et de famine, alors que l'industrie est au plus mal et que le marché noir se développe, des membres du nouveau pouvoir soviétique (Larine, Boukharine, Preobrajenski) décident de mettre en place une réforme économique surréaliste : l'abolition de l'argent ! C'est l'historien américain Richard Pipes qui présente de manière relativement détaillée ce projet grotesque dans La Révolution russe.


Ecrit par Thibault | Vu 1050 fois | Aucun commentaire


logo
Plus d'un million : c'est le nombre total de chrétiens européens capturés par les corsaires d'Alger, de Tunis et de Tripoli en trois siècles (du XVIe siècle au début du XIXe siècle) selon l'historien américain Robert C. Davis. Cet esclavage oublié constitua un réel traumatisme pour les populations des côtes et des îles de Méditerranée durant l'époque moderne. Ce n'est pourtant qu'au XIXe siècle que les Européens réagirent jusqu'à la conquête française d'Alger en 1830 qui marqua la fin de ce trafic.


Ecrit par Thibault | Vu 1372 fois | Aucun commentaire


logo
Tolède est avant tout connue pour avoir été la capitale du brillant royaume wisigoth d'Espagne. Mais elle fut aussi une des plus brillantes cités d'al-Andalus. Conquise par Tariq ibn Ziyad fin 711/début 712, les chroniqueurs arabes insistent alors sur l'extraordinaire butin que les conquérants découvrent à Tolède, particulièrement la Table de Salomon composée d'or, d'argent, de perles, de rubis et d'émeraudes, tandis qu'une partie de la population fuit la ville avec l'archevêque Sinderède selon les témoignages chrétiens. Malgré sa splendeur, les musulmans délaissent pourtant Tolède au profit de Cordoue qui devient la nouvelle capitale de l'Espagne, mais la capitale des Wisigoths reste néanmoins désignée dans les textes sous le nom de Medinat al-Muluk, la « Ville des rois ». A partir des années 750, Tolède est désignée sous le nom de Tulaytula et est capitale de la Marche moyenne. C'est cette ville riche, vaste et peuplée (30.000 habitants au XIe siècle) sous l'ère islamique que cet article entend décrire.


Ecrit par Thibault | Vu 2334 fois | Aucun commentaire


logo
A l'issue d'une longue guerre civile (1927-1949) interrompue par l'invasion japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale, le Parti communiste remporte la victoire sur le parti nationaliste de Tchang Kaï-chek qui se réfugie avec le reste de son armée et administration sur l'île de Taïwan. Mao Zedong (1893-1976), issu d'une famille de paysans aisés, diplômé de littérature et philosophie, à la fois président du gouvernement populaire de Chine et du parti communiste chinois, va pouvoir transformer le pays en profondeur pour en faire le deuxième cœur du « monde rouge ».


Ecrit par Thibault | Vu 27301 fois | Aucun commentaire


logo
De la chute du Premier Empire jusqu'au début du XXe siècle, la question du droit de vote a fait l'objet d'intenses débats : suffrage direct ou à degrés ? suffrage censitaire ou universel ? et le référendum ? L'Histoire du XIXe siècle français peut être divisée en trois temps : celui du vote censitaire et capacitaire (de la monarchie restaurée à la monarchie de Juillet), le temps de la « démocratie césarienne » (expression d'Emile Ollivier) marqué par l'idée de l'incarnation du peuple dans un homme providentiel, et le temps de la démocratie libérale (sous la IIIe République). Chaque régime a utilisé ses techniques de vote, a cherché à canaliser les suffrages, dans le but de concilier « le nombre et la raison (Patrice Gueniffey).


Ecrit par AXELG | Vu 3564 fois | Aucun commentaire


logo
Ni la déroute finale de 1815 ni le spectre aujourd'hui refoulé du césarisme ne lui portent ombrage : soutenue par une succession de thuriféraires et par une légende extraordinaire depuis la seconde moitié du XIXe siècle, la gloire de Napoléon Bonaparte reste sans doute la plus terrible forfaiture de l'Histoire de France. Même les Châtiments de Victor Hugo s'arment encore de Napoléon le Grand pour réduire en miettes Napoléon III. Et pourtant dès 1864 le philosophe Victor Cousin rétorquait : « Votre Hugo est fou avec son Napoléon le Petit. Napoléon le Petit, c'est celui de la colonne ». Cet article n'a pour ambition que de contribuer au réajustement de l'Histoire.


Ecrit par Thibault | Vu 13975 fois | Aucun commentaire


logo
« Je dois avouer, à la honte de mes propres compatriotes, qu'à l'origine, j'ai été enlevé et trahi par des hommes de ma couleur, et qu'ils ont été la cause première de mon exil et de mon esclavage » écrit l'ancien esclave Ottobach Cuguano dans son livre autobiographique publié en 1787. L'aspect africain de la traite a été peu étudié, comme le note l'historien Tidiane Diakité. En effet, les Africains ne furent pas seulement victimes, mais aussi acteurs actifs dans cette traite qui fut la plus intense de l'Histoire (environ 11 millions de déportés en quatre siècles) : « Sans la participation active et intéressée des Africains eux-mêmes, la traite atlantique n'aurait eu ni l'importance ni la durée qu'on lui connaît » (Tidiane Diakité).


Ecrit par AXELG | Vu 4935 fois | Aucun commentaire


logo
« Civilisation judéo-chrétienne » entendons-nous depuis des décennies : dans les faits, une telle expression a-t-elle encore un sens ? Rites et aide à son prochain, prophètes et vocation humaine, approches de la Bible et nature conférée au divin diffèrent profondément entre deux spiritualités qui, bien que cousines sous l'ère antique, ont fini par affirmer leurs divergences sous la double empreinte de leurs textes sacrés et de l'Histoire.


Ecrit par AXELG | Vu 3342 fois | Aucun commentaire


logo
La geste héroïque du général De Gaulle est désormais bien rodée : 1940, 1958, 1969 sont autant de dates d'où le général De Gaulle revêt les visages de chef de la patrie en guerre, de recours à la guerre civile puis d'homme incompris. Voici plusieurs décennies que n'est plus présenté le jeune rebelle de Saint-Cyr visionnaire dans l'usage du char d'assaut, le général de brigade à titre provisoire luttant pour son pays puis le Président d'une Ve République apportant la stabilité politique à une France repue de désordres internes. Toutefois, une fois dissipé l'éclat sans doute trop aveuglant de l'homme providentiel, apparaît un homme qui donne une image moins reluisante que sa légende.


Ecrit par Thibault | Vu 9772 fois | Aucun commentaire


logo
La guerre de Crimée (1853-1856), opposant les Français, Britanniques et Turcs aux Russes, est l'une des guerres modernes les plus mal connues de la France, souvent réduite dans les mémoires au seul « J'y suis, j'y reste ! » de Mac-Mahon. Généralement considérée comme une « aventure inutile » menée par un Napoléon III en quête de gloire - cela colle trop bien à la légende noire du Second Empire ! -, elle fut pourtant engagée malgré les réticences du souverain français, aboutit à la réintégration d'une France isolée diplomatiquement dans le concert des grandes nations et marqua les débuts de l'Entente cordiale.


Ecrit par Thibault | Vu 6686 fois | Aucun commentaire


logo
En 1675, au cœur du règne de Louis XIV, éclate la plus grande révolte anti-fiscale et anti-seigneuriale avant les troubles pré-révolutionnaires des années 1780. L'introduction de nouveaux impôts sur fond de difficultés économiques provoque la colère d'une grande partie des citadins et paysans bretons, surnommés « Bonnets rouges » (du fait de leur signe de ralliement). Ces révoltés, qui expriment leurs revendications dans des Codes, ne voient aucune de leurs revendications suivie d'effet, malgré l'ampleur de la rébellion. La répression féroce ramène la Bretagne au status quo.


Ecrit par AXELG | Vu 4480 fois | Aucun commentaire


logo
En janvier 1875 la République s'établit définitivement en France. Consolidée par l'échec bonapartiste puis celui du général Georges Boulanger, elle parvint à vivre jusqu'en 1940 avant qu'une dictature technique ne vienne abattre son édifice. Érigée en 1852 sur les cendres du pêché originel, le pronunciamento du 2 décembre 1851, l'autocratie napoléonienne stoppa net en 1870 quand, des suites du désastre de Sedan, un groupe de députés républicains vint à l'Hôtel de Ville proclamer illégalement la renaissance de la République. Cependant des lois manquaient encore pour la faire reposer sur de nouvelles bases constitutionnelles.


Ecrit par AXELG | Vu 10639 fois | Aucun commentaire


logo
Rattachée à l'émeute du 6 février 1934, la question du fascisme en France demeure insoluble. En 1983, la parution du livre tapageur Ni droite ni gauche : l'idéologie fasciste en France de Zeev Sternhell lança la théorie d'un fascisme hexagonal, provoquant une rupture dans la classique esquisse de René Rémond. Le livre de celui-ci, La droite en France de 1815 à nos jours (1954), avait érigé le schéma historique d'une France divisée entre trois droites majeures (orléanisme, légitimisme et bonapartisme), pérennisant l'idée que la France serait parvenue à réchapper au fascisme en dépit du malaise socio-économique des années 1930.

Page : 1 2 3

Nuage de mots-clefs (en construction), 1875, 1934, 6 février 1934, abbaye, afrique, amerique, ancien régime, antiquité, bataille, bible, bonapartistes, booth, boulanger, boulangisme, bourreau, catherine-grand, celtibères, célèbre, césar, christianisme, cluny, code civil, communisme, concordat, concorde, confédération du rhin, connu, consul, crime, culture, culture populaire, de gaulle, déroulède, dracula, eisenhower, esclavage, écoles, éducation, émeutes, face cachée, fascisme français, femme, forêt, france, général, goldwater, grouchy, guerre, hispanie, histoire contemporaine, ibérie, idées reçues, impôts, inquisition, islam, jacqueries, jésus, josué, judaïsme, judéo-christianisme, justice, lenine, lincoln, mac-mahon, maurras, monde musulman, moyen âge, napoléon, napoléon bonaparte, nationalisme, nature, nixon, numance, palestine, paris, paysage, pie vii, population, portugal, poujade, poujadisme, premier empire, reagan, religion, revanche, revolution, régime gaulliste, république, révolte fiscale, romain, rome, salazar, salazarisme, sécession, société, stavisky, talleyrand-périgord, temps modernes, thiers, tolède, traite négrière, transylvanie, vampire, versailles, viriathe, waterloo, wisigoths, yahvé,

Une inscription est nécessaire pour pouvoir proposer un article !

Twitter
Facebook
C'était un 15 Décembre
Evènement : En 1840, rapatrié de Sainte-Hélène, le cercueil de Napoléon Ier entre à Paris pour être placé aux Invalides.

Naissance de : Gustave Eiffel, ingénieur et industriel français (1832-1923).

Décès de : Johannes Vermeer, peintre hollandais (1632-1675).

Top 3 du concours du mois
or FLASH10, 34 pts
argent 20aubac, 31 pts
Sondage

Vous êtes ...

>> Répondre <<