517 membres 16 visiteurs connects
Se connecter Pas encore inscrit ?
Philisto > Articles > Lecture d'un article

Philippe II Auguste




Le rgne de Philippe II, dit Philippe Auguste, constitue un tournant dcisif dans l'histoire de la monarchie captienne et pour l'extension du royaume de France. A son avnement en 1180, crit l'historien Robert-Henri Bautier, il tait encore un des princes fodaux. A sa mort, en 1223, la France tait un Etat, et sans doute, depuis le triomphe de Bouvines, le plus puissant et le plus prospre de l'Europe : le sicle d'or de Saint Louis tait commenc . En conclusion de sa biographie (dans les sources), le mdiviste Jean Flori crit qu' aucun roi avant lui n'avait laiss un tel bilan. Il a assur sa descendance, remport la victoire sur tous ses puissants voisins et donn la paix au royaume ; il a amlior son administration et ses finances, et agrandi considrablement le domaine royal.


La jeunesse de Philippe Auguste


La naissance de Philippe II en 1165 est perue comme un don de Dieu par la famille royale : en effet, cela faisait trente ans que Louis VII attendait un hritier mle pour le trne et c'est sa troisime pouse Adle de Champagne qui le lui donne. Philippe reoit le surnom de Dieudonn .

Il devient roi en 1180, l'ge de quinze ans, la mort de son pre. Il s'est dj fait sacrer l'anne prcdente Reims. L'une des premires dcisions du nouveau roi est d'expulser les juifs et de confisquer leurs biens (1182) afin de remplir les caisses du Trsor royal. En 1181, il fait face avec succs aux ambitions du comte de Flandre, Philippe d'Alsace, dont il dnoue les alliances. Les Plantagents, qui ont de nombreuses possessions sur le continent, sont un autre souci. Il joue la carte de la division en soutenant les fils de Henri II, dont Richard, contre leur pre, puis en attisant la rivalit entre Richard et son frre Jean.

Image
Couronnement de Philippe Auguste (Grandes Chroniques de France).


La troisime croisade


Lorsque la chute de Jrusalem, reconquise par Saladin en juillet 1187, parvient en Europe, le pape GrgoireVIII appelle une nouvelle croisade en octobre 1187. Richard rpond trs vite l'appel, ds novembre. Philippe II est plus rticent, se mfiant de HenriII Plantagent. L'archevque de Tyr, Josse, qui prche la croisade Gisors, parvient les convaincre; mais HenriII disparatra avant le dpart prvu en 1189. Avant son dpart, PhilippeII nomme la reine-mre Adle rgente du royaume, tant assiste de l'archevque de Reims. Les prparatifs tant longs, la date du dpart est reporte: Philippe et Richard ne partent qu'en juillet 1190. L'entente est alors bonne entre les deux rois. Des tensions apparaissent en Sicile: Richard y entre en premier, triomphalement, ce qui suscite une certaine jalousie chez Philippe; un peu plus tard, le matre de l'le, Tancrde, cherche dresser les deux rois l'un contre l'autre, avec quelques succs. Aprs l'pisode sicilien, Philippe parvient Saint-Jean-d'Acre en avril 1191. Il intensifie le sige devant la ville (des croiss taient dj prsents), mais il ne parvient pas la prendre avant l'arrive de Richard, qui a entre temps conquis Chypre! C'est un nouveau motif d'aigreur pour le roi de France. Les deux rois contractent durant le sige la suette, mais la maladie se traduit de manire plus grave chez Philippe qui perd ses cheveux et poils. Les assigs d'Acre capitulent le 12 juillet 1191.

Image
Philippe Auguste et Richard reoivent les cls d'Acre (Grandes Chroniques de France de Charles V, XIVe sicle).


Philippe, la sant chancelante, dcide de rentrer en France tandis que Richard poursuit sa croisade, dcid reprendre Jrusalem. Inquiet, Richard demande Philippe de jurer sur les reliques qu'il n'attaquera pas ses terres et ne lui nuirait en rien en son absence. Le roi de France jure. Le 3 aot 1191, Philippe quitte Tyr pour la France.


Le retour en France


Revenu en France, Philippe Auguste fait saisir l'Artois, revendiqu depuis la mort de Philippe de Flandre en croisade. Il profite de l'absence de Richard pour prendre le Vexin normand et Gisors, territoires qui constituaient l'ancienne dot d'Alis, fille de LouisVII, qui s'tait marie avec Henri le Jeune fils de HenriII. Le roi de France juge que le roi d'Angleterre occupe ces terres injustement. Il refuse cependant d'aller plus loin en raison de la protection juridique des terres de Richard due son statut de crois. De son ct, Richard renonce Jrusalem, conclut un trait avec Saladin et s'embarque pour l'Angleterre le 9 octobre 1192. Le navire de Richard essuie une tempte et aborde en Istrie; le roi est captur peu aprs par Lopold d'Autriche, un de ses rivaux, puis revendu l'empereur Henri VI qui informe Philippe Auguste. Ce dernier demande ce que Richard soit retenu prisonnier et profite de la situation. En Angleterre, Jean fait courir le bruit que Richard est mort et se proclame roi. Philippe Auguste envahit la Normandie, considrant que Richard n'est plus un crois mais seulement un ennemi prisonnier. Richard est libr le 4 fvrier 1194 en change d'une forte ranon verse par sa mre Alinor d'Aquitaine. Le diable est dchan頻 crit Philippe dans une lettre Jean.


Philippe Auguste face Richard Cur de Lion


Richard est dcid faire payer Philippe et ses ennemis. Jean se hte de demander le pardon de son frre et l'obtient. Richard dbarque Barfleur en mai 1194. Verneuil, il met fin au sige entrepris par le roi de France, puis il affronte les troupes de Philippe Auguste Frteval le 4 juillet 1194: c'est une droute pour Philippe. Il manque d'tre captur, perd son trsor et de nombreux documents de la chancellerie royale. Cette perte met fin la tradition des archives itinrantes: Philippe organise la cration des Archives royales, gardes dans un lieu fixe et protg.

Les deux annes suivantes sont marques par des escarmouches en Normandie et en Berry. Richard, soucieux de consolider ses positions, entreprend en 1196 la construction de Chteau-Gaillard (actuel dpartement de l'Eure), forteresse qui parat imprenable. Les annes 1197 et 1198 sont marques par des succs diplomatiques pour le roi d'Angleterre: ce dernier soutient la candidature d'Otton de Brunswick pour le trne du Saint-Empire, contre Philippe de Souabe, soutenu par Philippe Auguste. C'est Otton qui est finalement lu. Paralllement, il se rapproche du comte de Hainaut et de Flandre. Au cours de l't 1197, une ambassade anglaise dpche auprs de Renaud de Boulogne et de Baudoin de Flandre aboutit un renversement d'alliance: les deux hommes quittent le camp de Philippe pour celui de Richard. En 1198, Baudoin de Flandre envahit l'Artois, prend Aire et Saint-Omer. Vernon (Normandie), l'arme franaise est battue par l'arme du Plantagent. Prs de Courcelles une autre arme, la tte de laquelle se trouve Philippe, est mise en droute. En 1199, Richard assige Chals-Chabrol, qui dpend du vicomte de Limoges, vassal de Philippe, pass du ct franais. Il y meurt prmaturment ( quarante-six ans) le 6 avril 1199, atteint par un carreau d'arbalte. L'ennemi le plus dangereux de la monarchie captienne a disparu.

Image
Chteau-Gaillard (photo de Sylvain Verlaine).


Philippe Auguste face Jean sans Terre


Philippe Auguste est connu pour sa rivalit avec Richard Coeur de Lion, lequel a souvent mis le roi de France en chec sur les champs de bataille. Au contraire du roi d'Angleterre, Philippe n'est qu'un pitre chef de guerre mais il compense largement cette faiblesse par ses talents diplomatiques et sa capacit diviser ses ennemis. La mort de Richard en 1199 ouvre de nouvelles perspectives pour le roi de France, Jean sans Terre, le successeur, n'ayant pas l'envergure ni le caractre de son dfunt frre. Jean prte hommage en janvier 1200 au roi de France pour ses territoires continentaux et lui verse un droit de relief. Louis, hritier du royaume, pousera Blanche de Castille, une nice de Jean.
Le conflit entre le Captien et Jean clate lorsque ce dernier dcide d'enlever Isabelle, unique hritire du comte d'Angoulme pour l'pouser aussitt. Isabelle devait pouser normalement Hugues de Lusignan, mais cette union drangeait Jean qui y voyait une source de difficults. Les Lusignan demandent leur suzerain, Philippe, de trancher la querelle selon le droit fodal.
Philippe convoque Jean sa Cour ; ce dernier demande sa sret pour aller et venir mais reoit comme rponse : Pour aller, oui ; pour revenir, cela dpendra du jugement des pairs. Jean ne vient pas et Philippe, heureux de cette forfaiture, dcrte la commise (confiscation) de tous les fiefs continentaux du roi d'Angleterre conformment au droit fodal. En 1202, Philippe envahit la Normandie pour faire appliquer la sentence. Il parvient capturer la forteresse de Chteau-Gaillard, rpute imprenable, aprs prs de deux ans de sige (on dit que les assaillants seraient entrs par les latrines). Peu peu, Philippe parvient rcuprer tous les fiefs, except le Poitou. Philippe se dcide signer une trve Thouars, le 13 octobre 1206, avec le roi d'Angleterre.

Le projet de dbarquement en Angleterre


Aprs la trve de Thouars, Philippe renforce son autorit sur les principauts du royaume, agrandit le domaine de la Couronne (au dtriment notamment de Ferrand de Flandre et de Renaud de Boulogne qui nouent une alliance avec l'Angleterre) et se prpare pour un affrontement ultime avec Jean.
Philippe Auguste nourrit de grandes ambitions : il prpare un dbarquement en Angleterre dans le but de chasser Jean sans Terre du trne. Ce projet a pour origine une querelle entre le pape Innocent III et le roi d'Angleterre. En 1206, furieux du refus de Jean d'accepter Etienne Langton comme archevque de Cantorbry, le pape frappe le royaume d'Angleterre d'interdit : les glises ferment, la messe dominicale est supprime, le pape excommunie Jean en 1209 et le dpose en 1213.
Philippe confie Louis l'opration de dbarquement, lequel sera plac sur le trne d'Angleterre si c'est un succs. Hlas pour Philippe, le projet est mis en difficult par la rconciliation de dernire minute de Jean et du pape : le roi d'Angleterre accepte Etienne Langton et obtient la leve de l'interdit. Deux jours plus tard, il se dclare mme vassal du pape, s'engageant lui verser chaque anne la somme de 100 000 livres sterling. Innocent III n'est dsormais plus l'ennemi de Jean sans terre, mais son protecteur. Il interdit Philippe d'agir contre lui sous peine d'excommunication.
Philippe ne renonce pas pour autant son projet qui lui a cot de fortes sommes d'argent, mais ce sont les Anglais qui dbarquent en France, profitant d'une querelle entre Philippe et Ferrand de Flandre. Ils tombent sur une partie de la flotte franaise ancre dans le port de Damme, le 30 mai 1213. C'est une droute pour les Franais qui voient une grande partie de leur flotte incendie.

La coalition contre la France


Jean dcide de mener la guerre en France. Il a dans son camp Ferrand de Flandre, Renaud de Boulogne et l'empereur Otton de Brunswick. Ferrand a pour tche de tenir un front nord charg d'occuper le roi de France tandis que Jean doit organiser l'invasion par le Sud ( partir du Poitou) pour prendre Philippe en tenaille. Les oprations militaires dbutent au dbut de l'anne 1213 et durent un an, aucun camp ne prenant l'avantage sur l'autre. Jean dbarque La Rochelle mi-fvrier 1214, rassemble ses vassaux et progresse vers le Nord. Le 2 Juillet, il est mis en chec devant le chteau de La Roche-aux-Moines par Louis. Les Anglais refluent.

Le roi d'Angleterre se retire La Rochelle et donne ses allis le signal d'une attaque par le Nord. Il s'agit cette fois d'une bataille range, affrontement alors trs rare l'poque (le dernier roi de France qui s'y est risqu est Louis VI le Gros en 1119 !). L'arme ennemie rassemble Otton de Brunswick, Ferrand de Flandre, Renaud de Boulogne, le comte de Salisbury, le duc de Brabant, un certain nombre de seigneurs germaniques, les milices de plusieurs villes flamandes et des mercenaires pays par Jean. L'arme de Philippe Auguste fait mouvement en direction de Lille.

La bataille de Bouvines (27 juillet 1214)


La rencontre a lieu sur la rivire Marcques, prs du pont de Bouvines. Le 27 juillet tombe un dimanche ; or, l'Eglise interdit de combattre ce jour l. Renaud de Boulogne souhaite attendre le lendemain tandis que Hugues de Boves veut attaquer le jour mme pour mettre profit le moment o les Franais franchiront le pont.
Du ct de Philippe Auguste, Philippe de Courtenay et le duc de Bourgogne conseillent d'attendre le lundi. En revanche, frre Gurin, hospitalier devenu vque de Senlis, remarque que les troupes ennemies sont en ordre de bataille et en avertit le roi. Philippe dcide de mener la bataille.
Cet affrontement a une valeur sacre : le roi accomplit les rites propres l'ordalie ; Dieu est fait juge et donnera la victoire au camp qui est le sien. Le roi prie dans la chapelle de campagne et harangue les troupes autour de l'oriflamme de saint Denis, en insistant sur la saintet de leur combat : ses soldats combattent pour Dieu et les liberts contre le camp des excommunis. Guillaume de Breton, historiographe du roi, fait entonner des psaumes.

Image
La bataille de Bouvines (Grandes Chroniques de France).


Le combat s'engage. Une premire charge de cavalerie franaise contre les chevaliers flamands fait peu de dgts mais blesse Ferrand de Flandre qui doit se rendre. Au centre du champ de bataille, les chevaliers de Philippe rsistent aux assauts de Renaud de Boulogne et d'Otton, dont les soldats arborent une bannire reprsentant un aigle surmontant un dragon. Des fantassins des villes flamandes parviennent jusqu'auprs de Philippe Auguste qui se trouve cern. Le roi en grand danger est sauv in extremis par l'arrive d'un groupe de chevaliers qui lui amnent un cheval. Les Franais contre-attaquent : Guillaume des Barres et deux chevaliers parviennent mme jusqu' Otton et essaient de le dsaronner. Celui-ci est ramen par ses soldats en un endroit sr. C'est alors que les coaliss commencent perdre pied ; l'tendard d'Otton tombe mme aux mains des Franais. Seul Renaud de Boulogne tient bon, menant de lourdes charges puis faisant demi-tour pour se rfugier derrire des fantassins arms de longues piques. Nanmoins, un fantassin franais parvient abattre le cheval de Renaud, lequel se retrouve immobilis.
Quand le son des trompes retentit, les Franais regagnent leur camp dans l'allgresse : ils ont remport la victoire ! Et quelle victoire : Philippe gagne un important butin, dispose d'un grand nombre de prisonniers dont ses ennemis les plus acharns : Ferrand de Flandre, Renaud de Boulogne et le comte de Salisbury.

Les consquences de la victoire


La victoire de Bouvines joue un rle dcisif dans la consolidation du pouvoir captien et dans la renomme de Philippe Auguste. L'historiographe Guillaume le Breton consacre cette bataille plusieurs chants de son grand pome pique, La Philippide (inspir d'Homre et de Virgile). Partout dans le royaume, la population manifeste sa joie, phnomne symbolisant le dbut de cristallisation du sentiment national entre le roi et son peuple. Lorsque Philippe rentre dans Paris, la ville s'illumine de flambeaux tandis que s'lvent des louanges la gloire du roi. Philippe se voit dbarrass de la menace anglaise tandis que dans l'Empire, Otton de Brunswick doit laisser sa place Frdric II, candidat qui satisfait la France.


L'expdition d'Angleterre


Aprs Bouvines, l'espoir d'une conqute de l'Angleterre la manire de Guillaume le Conqurant (1066) renat. Une partie des barons anglais dcident de passer dans le camp du prince Louis contre Jean sans Terre, impopulaire dans son royaume. Louis s'embarque pour l'Angleterre en 1216 avec une importante arme compose de mercenaires et de plusieurs bons capitaines. Au dbut de l'expdition, Louis est excommuni par le pape en raison de la suzerainet pontificale sur l'Angleterre. Philippe prend soin de se dsolidariser en apparence afin de ne pas s'attirer les foudres du pape. Le dbut de la campagne d'Angleterre est un vritable succs, et Jean sans Terre doit s'enfuir Winchester. Des mercenaires flamands changent de camp en rejoignant Louis. La situation semble perdue pour le Plantagent qui ne peut compter sur le soutien que d'une petite partie de l'aristocratie et du clerg.
Hlas pour Louis, la mort de Jean vient contrarier ses plans, le 19 octobre 1216. Se trouvant dbarrasss d'un roi tyrannique, plusieurs barons anglais rejoignent le camp du nouveau roi Henri III tandis que le nouveau pape Honorius III renouvelle l'excommunication de son prdcesseur. Les partisans de Louis perdent l'enthousiasme des dbuts. A la suite de la dsastreuse dfaite franaise de Lincoln (la moiti des combattants y sont faits prisonniers), Louis demande une trve et tente de chercher des renforts. Il ne peut rien attendre de son pre, contraint d'adopter une attitude neutre en raison de l'excommunication pontificale. Les renforts rassembls par Blanche de Castille, sa femme, ne parviennent pas destination : la flotte de secours est dtruite au large de Sandwich. Louis est accul la ngociation : par le trait de Lambeth, sign le 11 septembre 1217, il abandonne son projet en change d'une somme de dix mille marcs d'argent ; le pape lve son excommunication en change du paiement de la dme (1/10e des revenus) pendant deux ans pour financer la croisade. Louis ne sera pas roi d'Angleterre.


La rforme de l'administration et des finances


Durant son rgne, Philippe Auguste cherche renforcer le pouvoir royal. Au sein de son gouvernement, le roi carte les grands seigneurs des dcisions politiques, et s'appuie sur des hommes nouveaux qui lui sont totalement dvous. Ces hommes se runissent dans un conseil restreint, ce qui permet une plus grande efficacit et de mieux garder le secret des dcisions prises.
Au niveau de la rforme administrative, le roi cherche superposer voire substituer aux personnages locaux depuis longtemps en place un personnel fidle et rvocable ; ainsi sont crs en 1190 les baillis, agents du roi chargs de rcolter les revenus exceptionnels, de surveiller et contrler les prvts en place, de faire excuter localement les ordres royaux. Le roi promeut galement l'crit, ce qui se traduit par la cration des Archives royales mais aussi par le dveloppement de la mise l'crit des enqutes, des ressources financires et militaires, etc.
Au niveau financier la perception des ressources est mieux contrle : baillis et prvts doivent rendre compte trois fois par an de leur gestion et remettre au Trsor royal les sommes collectes. Le dveloppement de l'crit permet une gestion plus rigoureuse : les premiers comptes de la monarchie datent de 1202-1203.
Enfin, notons que de cette poque datent les premiers documents dsignant Philippe Auguste non pas roi des Francs (rex Francorum) mais roi de France (rex Franciae) ; Philippe est roi d'un vritable Etat (et non plus du domaine royal), mieux organis et gouvern.


La fin du rgne


La fin du rgne de Philippe Auguste est marque par la croisade des Albigeois (1208-1249) ; le roi dcide de ne pas y prendre part, laissant ses fougueux nobles s'en occuper. Au pape qui le presse de se croiser, il explique : J'ai aux flancs deux grands et terribles lions, l'empereur Otton et le roi Jean, ainsi ne puis-je sortir de France. Le royaume connat dans les dernires annes une grande prosprit conomique : l'excdent du Trsor de 1221 est suprieur 25 000 livres !
Philippe voit son tat de sant se dgrader. Alors Pacy (Nord-Ouest de Paris), il dcide de se rendre Paris pour assister une runion ecclsiastique sur la prparation de futures croisades ; mais il ne survit pas au voyage : il dcde le 14 juillet 1223 Mantes. Le corps est rapidement ramen Paris et on dit que plusieurs miracles se seraient produits sur le chemin du convoi mortuaire. En signe de reconnaissance, le corps du dfunt roi est plac ct de celui de Dagobert, roi qui fit de la basilique Saint-Denis la ncropole royale.


Bibliographie :
Jean-Christophe CASSARD, L'ge d'or captien, 1180-1328, Paris, Belin, 2011.
Jean FLORI, Philippe Auguste : la naissance de l'Etat monarchique, Paris, Tallandier, 2007.



Commenter cet article
Retourner au sommaire des articles

Twitter
Facebook
C'tait un 24 Septembre
Evnement : En 1853, la Nouvelle-Caldonie est proclame colonie franaise par le contre-amiral Febvrier Despointes.

Naissance de : Louis-Joseph Charlier, homme politique franais (1754-1797).

Dcs de : Ppin le Bref, roi des Francs (715-768).

Top 3 du concours du mois
or Manios, 60 pts
argent lucio, 36 pts
Sondage

Vous tes ...

>> Rpondre <<