La dťfaite des Arabes devant Constantinople (674-678)


Visualisations : 3818
Modifié : 05/12/2012 à 14h11


Cette ann√©e l√†, Iris traversa le ciel et tous les √™tres vivants en furent effray√©s au point de dire que c'√©tait la fin du monde. C'est √† cette √©poque que les n√©gateurs du Christ construisirent une grande flotte, long√®rent la Cilicie et pass√®rent l'hiver, les uns sous Mohamed fils d'Abdallah √† Smyrne, les autres sous Ka√Įsos en Cilicie et en Lycie. Et il y eut une grande mortalit√© en Egypte. On vit venir aussi, avec une flotte de renfort de plus, l'√©mir Chal√® dont l'habilet√© et le courage au combat √©taient extr√™mes. L'empereur Constantin, quand il eut pris connaissance du danger que les ennemis de Dieu dirigeaient contre Constantinople, veilla en personne √† ce que fussent pr√©par√©es des bir√®mes √©quip√©es de chaudrons √† feu et des dromens √©quip√©s de siphons. Et il les fit rel√Ęcher dans le port de Procleanisien.

Cette ann√©e l√†, la flotte des ennemis de Dieu dont j'ai parl√© aborda en Thrace, depuis l'extr√©mit√© de l'Hebdemon, encore appel√© Magnauras √† l'Ouest, jusqu'au promontoire appel√© Kuklo bien de l'autre c√īt√© √† l'Est. Tous les jours, les combats duraient du matin jusqu'au soir, entre al Porte d'Or et Kurlobien. Ils attaquaient et √©taient repouss√©s. Ils continu√®rent ainsi du mois d'avril au mois de septembre. Repouss√©s, les Arabes se dirigent vers Cyziquie, la prennent et y passent l'hiver. Mais leur flotte revenait au printemps pour livrer un combat naval contre les Chr√©tiens. Pendant sept ans ils s'√©taient conduits de cette mani√®re et en avaient √©t√© pour leur honte gr√Ęce √† l'aide de Dieu et de la m√®re de Dieu, ayant perdu un grand nombre de soldats et ils en √©prouv√®rent une grande douleur et prirent la fuite dans un grand deuil. Dans sa fuite, cette m√™me flotte qui √©tait destin√©e au ch√Ętiment de Dieu fut d√©vi√©e par une temp√™te d'orage et un ouragan imp√©tueux dans la r√©gion de Syl√©e et s'y √©tant fracass√©e, elle fut compl√©tement d√©truite. De son c√īt√©, Souphian le fils, le deuxi√®me fr√®re de A√ľf, engagea un combat contre Phloras, P√®trenas et Cyprianos qui commandaient la flotte romaine. Trente mille Arabes furent tu√©s. Un architecte d'H√©liopolis de Syrie nomm√© Callinikos et inventeur du feu marin ayant pris alors la fuite chez les Romains, les navires arabes arabes furent incendi√©s et tous les hommes furent br√Ľl√©s. C'est ainsi que les Romains revinrent vainqueurs et d√©couvrirent le feu marin.

Cette ann√©e, les Morda√Įtes all√®rent au Liban. Ils √©tablirent leur domination depuis le mont Mauros jusqu'√† la ville sainte. Ils s'empar√®rent des Monts du Liban. Un grand nombre d'habitants et d'esclaves du pays prirent la fuite pour se joindre √† eux, si bien qu'en peu de temps ils furent plusieurs milliers. Quand il eut appris cela Mucawiya [calife omeyyade] et ses conseillers √©prouv√®rent une grande peur et pens√®rent que l'Empire des Romains √©tait gard√© par Dieu. Il envoya des ambassadeurs √† l'empereur Constantin pour demander la paix, promettant de lui livrer un tribut annuel. L'empereur, ayant re√ßu ces ambassadeurs et ayant entendu leur demande, les fit accompagner en Syrie par le patrice Jean, surnomm√© Pitzigaud√®s, qui √©tait depuis longtemps dou√© d'une grande exp√©rience et d'une grande intelligence. Il devait parler aux Arabes de la mani√®re qui convient et n√©gocier la paix. Quand il fut arriv√© en Syrie, Mucawiya le re√ßut avec grand honneur. Beaucoup de paroles ayant √©t√© √©chang√©es sur la paix, il fut d√©cid√© par les deux parties qu'un trait√© de paix serait r√©dig√© et jur√©, avec comme disposition, la livraison par les Arabes d'un tribut annuel de trois mille pi√®ces d'or, de huit mille prisonniers et de cinq cents chevaux de bonne race √† l'Empire romain. Ces dispositions √©tant observ√©es des deux c√īt√©s pendant trente ans, une paix solide serait conserv√©e entre les Romains et les Arabes. Ces deux trait√©s, r√©dig√©s et publi√©s, furent accompagn√©s de serments et √©chang√©s et l'homme de grande confiance dont il a √©t√© question plus haut retourna aupr√®s de l'empereur avec de nombreux pr√©sents.

Quand ils eurent appris cela, ceux qui habitent les régions occidentales, le Khagan des Avars et les rois, exarques et kastaldes qui sont au-delà et les chefs des peuples d'Occident envoyèrent des cadeaux à l'empereur par des ambassadeurs et demandèrent qu'une bonne paix soit décidée en leur faveur. L'empereur, donc, ayant accédé à leurs demandes, établit pour eux aussi une paix impériale. Et une grande paix régna à l'Est et à l'Ouest.

Théophane, Chronographie, édition De Boor, pp. 540-544.




Cours lié(s) :

Partagez ce document sur un forum (bbcode):

Partagez ce document sur un site web ou un blog (html):

ÔĽŅ
uTip
C'était un 26 Juillet
Evènement : En 1833, à Londres, la Chambre des Communes abolit l'esclavage dans toutes les colonies britanniques.

Naissance de : Carl Gustav Jung, psychanalyste suisse (1875-1961).

Décès de : Alphonse Hubert de Latier de Bayane, cardinal et duc français (1739-1818).

Top 3 du concours du mois
Sondage

Vous êtes ...

Répondre