Philisto > Documents > Constantinople vue par un Franc

Constantinople vue par un Franc

Visualisations : 2789
Modifié : 21/05/2011 à 16h37


Constantinople, qui fait la gloire des Grecs, ville renommée pour ses richesses, et plus riche encore que sa réputation, est faite en triangle, et dans la forme d'une voile de vaisseau. Dans l'angle intérieur on voit Sainte-Sophie, et le palais de Constantin, dans lequel est la chapelle qu'honorent les très saintes reliques. Deux des côtés du triangle sont battus des flots de la mer. En arrivant dans cette ville, nous avions à notre droite le Bras de Saint-George, et un certain torrent, que ce même bras alimente, et qui remonte à quatre milles environ. Là se trouve le palais que l'on appelle Blachernes [Blasserna], qui, établi sur un terrain bas, mais construit à grands frais et avec art, s'élève à une hauteur suffisante, et offre à ses habitants un triple agrément, par le triple voisinage de la mer, de la plaine et de la ville, que l'on peut voir tour à tour du même lieu. Sa beauté extérieure est presque incomparable, et celle de l'intérieur surpasse beaucoup tout ce que je puis en dire. De toutes parts on n'y voit que dorures et peintures de couleurs variées ; la cour est pavée en marbre avec une habileté exquise, et je ne saurais dire ce qui contribue le plus à donner un grand prix ou une grande beauté à ce palais, de l'art merveilleux qui s'y déploie, ou des précieux matériaux qu'on y trouve. Le troisième côté du triangle de la ville confronte les champs, mais est garni d'une double muraille et de tours, et s'étend depuis la mer jusqu'au palais, sur une longueur de deux milles environ. Ce côté cependant n'est point très fortifié, les tours ne sont pas très élevées, mais les habitants, à ce que je pense, se confient et dans leur grande multitude et dans le repos dont ils ont joui de toute ancienneté. En dedans, et au pied des murailles, sont des terrains vacants, sur lesquels s'exercent la charrue et le hoyau, et distribués en jardins, qui fournissent aux habitants des légumes de toute espèce. Des canaux souterrains, venant du dehors, apportent de l'eau douce dans la ville en grande abondance. La ville cependant est sale et puante, et condamnée sur plusieurs points à des ténèbres perpétuelles. En effet, les riches couvrent les voies publiques de leurs constructions , et abandonnent les cloaques et les lieux obscurs aux pauvres et aux étrangers. Là se commettent les meurtres, les brigandages, et tous les autres crimes qui recherchent l'obscurité. Comme on vit sans justice dans cette ville, où il y a à peu près autant de seigneurs que d'hommes riches, autant de voleurs que de pauvres, nul scélérat n'éprouve ni crainte ni sentiment de honte ; car le crime n'est jamais puni par la loi, ni jamais commis visiblement et en plein jour. En toutes choses donc il y a excès dans cette ville ; et comme elle est supérieure à toutes les autres en richesses, elle leur est supérieure aussi en vices.
On voit à Constantinople un grand nombre d'églises, moins grandes, mais non moins belles que Sainte-Sophie, et qui, indépendamment de leur admirable beauté, sont encore respectables par les nombreuses reliques de saints qu'elles possèdent.

Eudes de Deuil, Croisade de Louis VII (1148). Tiré de la Collection des mémoires relatifs à l'Histoire de France de François Guizot, 1825.



Cours lié(s) :

Partagez ce document sur un forum (bbcode):

Partagez ce document sur un site web ou un blog (html):


Twitter
Facebook
C'était un 10 Décembre
Evènement : En 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu premier président de la République au suffrage universel masculin.

Naissance de : Pierre Louÿs, poète et romancier français (1870-1925).

Décès de : Louis-Marie Turreau, conventionnnel et général français (1756-1816).

Top 3 du concours du mois
or Manios, 60 pts
argent 20aubac, 9 pts
Sondage

Vous êtes ...

Répondre