Philisto > Documents > Le raid des Huns en Gaule (451)

Le raid des Huns en Gaule (451)

Visualisations : 2990
Modifié : 03/12/2011 à 13h59


VI - Les Huns étant donc sortis de Pannonie, se jetèrent, dépeuplant le pays, sur la ville de Metz, où ils arrivèrent, ainsi que quelques-uns le rapportent, la veille du saint jour de Pâques. Ils livrèrent la ville aux flammes, passèrent les habitants au fil de l'épée, et égorgèrent même les prêtres du Seigneur devant les autels sacrés. Rien n'échappa à l'incendie, si ce n'est l'oratoire du diacre saint Étienne, premier martyr. […]
VII - Cependant Attila, roi des Huns, ayant quitté les murs de Metz, et ravageant impunément les cités des Gaules, vint assiéger Orléans, et tâcha de s'en emparer en ébranlant ses murs par le choc puissant du bélier. Vers ce temps-là, cette ville avait pour évêque le bienheureux Aignan, homme d'une éminente sagesse et d'une louable sainteté, dont les actions vertueuses sont fidèlement conservées parmi nous. Et comme les assiégés demandaient à grands cris à leur pontife ce qu'ils avaient à faire, celui-ci, mettant sa confiance en Dieu, les engagea à se prosterner tous pour prier et implorer avec larmes le secours du Seigneur toujours présent dans les calamités. lisse mirent donc à prier, selon son conseil, et le pontife leur dit : « Regardez du haut du rempart de la ville si la miséricorde de Dieu vient à notre secours ; » car il espérait, par la miséricorde divine, voir arriver Aetius que, dans sa prévoyance de l'avenir, il était allé trouver dans Arles. Mais regardant du haut des murs, ils n'aperçurent personne. L'évêque leur dit encore : « Priez avec zèle, car le Seigneur vous délivrera aujourd'hui. » Ils se mirent à prier, et le saint ajouta : « Regardez de nouveau. » Mais ayant regardé, ils ne virent personne qui leur apportât du secours. Le bienheureux Aignan reprit pour la troisième fois : « Si vous le suppliez sincèrement, Dieu va vous secourir. » Et ils imploraient la miséricorde divine avec larmes et gémissements. Leur oraison finie, ils vont, par l'ordre du vieillard, regarder pour la troisième fois du haut du rempart, et ils aperçoivent de loin comme un nuage s'élevant de terre. Ils l'annoncent au pontife qui leur dit: « C'est le secours du Seigneur. » Cependant les remparts, ébranlés déjà sous les coups du bélier, allaient s'écrouler lorsque voilà Aetius qui arrive ; voilà Théodoric, roi des Goths, ainsi que Thorismond son fils, qui accourent vers la ville à la tête de leurs armées, renversant et rejetant l'ennemi. La ville fut donc délivrée par l'intercession du saint évêque. Mis en fuite, Attila se jette dans les plaines de Méry [champs Catalauniques] et s'y dispose au combat. Les nôtres, à cette nouvelle, se préparent à Je combattre avec courage. [...]
Aetius, réuni aux Goths et aux Francs, livra donc bataille à Attila. Celui-ci, voyant que son armée allait être détruite, eut recours à la fuite. Mais Théodoric, roi des Goths, périt dans la bataille. On ne saurait douter que l'armée ennemie fut mise en fuite par l'intercession du saint évêque.

Grégoire de Tours, Histoire des Francs (entre 573 et 594). Traduit par Alfred Jacobs, 1862.



Cours lié(s) :

Partagez ce document sur un forum (bbcode):

Partagez ce document sur un site web ou un blog (html):


Twitter
Facebook
C'était un 10 Décembre
Evènement : En 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu premier président de la République au suffrage universel masculin.

Naissance de : Pierre Louÿs, poète et romancier français (1870-1925).

Décès de : Louis-Marie Turreau, conventionnnel et général français (1756-1816).

Top 3 du concours du mois
or Manios, 60 pts
argent 20aubac, 9 pts
Sondage

Vous êtes ...

Répondre