Philisto > Forum > Discussions générales > La haine de la démocratie

Page : 1

La haine de la démocratie


Répondre Nouveau topic

Auteurs Messages
hors ligne Thibault
# Le 29/06/2016 à 14h55

Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
A l'occasion du référendum anglais sur le Brexit, nous avons pu voir resurgir dans les médias la haine du peuple, considéré comme irrationnel, votant mal car dominé par ses passions.

Sur Europe 1 :

Image

Extrait choisi :

Auteur : Europe 1
... plus le sujet est complexe, moins les Français répondent à la question posée, et le vote se transforme en vote de confiance au pouvoir en place. C'est la raison pour laquelle le référendum est manié avec beaucoup de précaution, puisqu'il n’a été utilisé que seize fois en 60 ans.

[...] Le référendum comme moyen de gouverner est également l'arme d’un pouvoir faible qui n'a pas de vision [comme De Gaulle ???], pas d’avis et qui ne tranche pas. Ainsi, la consultation organisée le week-end dernier sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes n'a pas suffi à régler le problème. Pour autant, il ne faut pas renoncer à consulter les Français [Europe 1 ne va tout de même pas jusqu'à proposer l'abrogation du suffrage universel ...]. Ils le sont d’ailleurs tous les cinq ans, pour la présidentielle, alors que chaque candidat propose un programme, y compris européen, et le soumet à l’approbation du peuple pour le mettre en œuvre.


Sur Libération :

Image

Invoquer les "passions" lors de la prise de décision permet de délégitimer le résultat ...

Ces arguments rappellent beaucoup les arguments invoqués par les républicains sous la IIIe République qui, rappelons-le, associaient le référendum à Napoléon III ("l'arme du tyran"). Les républicains d'alors (et auparavant les partisans du suffrage censitaire) jugeaient le paysan incapable de bien voter car dominé par les sentiments et sous éduqué. Le penseur républicain Eugène Sémérie écrivait : « Le paysan est à peine né à la vie civique. Il ne comprend rien aux immenses questions humaines qui passionnent, agitent et soulèvent les villes [...]. La distinction entre les villes et les campagnes, qui est à la politique ce que la distinction entre le cerveau et l'estomac est à la médecine, s'impose donc aujourd'hui [...]. » (La République et le peuple souverain, 1871). Le même type de propos, extrêmement méprisant pour le "petit peuple", peut être trouvé chez Jules Ferry.

Aujourd'hui, le "beauf" a remplacé le paysan et les élites surdiplômées ont remplacé les villes. Le même mépris social et condescendance continue à irriguer une large partie des journalistes, hommes politiques et "intellectuels" médiatiques.

Image


hors ligne Thibault
# Le 04/07/2016 à 10h47

Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
Slate a frappé plus fort encore aujourd'hui.
Le "petit blanc" peu éduqué est devenu pour le bourgeois de gauche ce que le bougn**l est pour le raciste : bête et méprisable.

Image

hors ligne Thibault
# Le 07/07/2016 à 12h18

Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
Nouveau champion :

Image

Auteur : Jean Quatremer
Référendum après référendum, on ne peut que constater les dommages qu'ils causent à la démocratie représentative, car ils procèdent de l'idée que les représentants du peuple, pourtant démocratiquement élus, sont illégitimes pour engager leur pays, car incompétents, manipulateurs, soumis aux puissances de l'argent et bien sûr indifférents aux citoyens.

Le référendum, c'est l’exact contraire de la démocratie, qui n'est pas la dictature brutale de la majorité sur la minorité [et aux élections présidentielles où les candidats l'emportent généralement avec 50 à 53 % des voix ?], mais un mécanisme complexe de pouvoirs-contrepouvoirs destinés à éviter les décisions prises à l'emporte-pièce, sur la base de mensonges [car les élus ne mentiraient pas ?] ou pour des motivations qui n'ont rien à voir avec le sujet [et la pression des lobbies chez les élus ?], et les réponses simplistes à des questions complexes, comme celle de l'appartenance à l'UE.

Quatremer nous sort une nouvelle définition de la démocratie ne sortant d'on ne sait pas d'où. Faut-il rappeler que la démocratie vient de la Grèce antique, du temps où les citoyens se réunissaient sur l'agora ? Ils prenaient alors leurs décisions en votant sur la place. Dans nos démocraties modernes, les citoyens ne pouvant plus se réunir, le référendum a remplacé cette agora.
La démocratie, c'est "le gouvernement par le peuple et pour le peuple". On est pour, on est contre, mais ça ne se discute pas.
Répondre Nouveau topic


    Page : 1


uTip
C'était un 28 Février
Evènement : En 380, Théodose Ier est baptisé et le catholicisme devient la religion romaine officielle.

Naissance de : Michel de Montaigne, penseur et humaniste français (1533-1592).

Décès de : Alphonse de Lamartine, homme politique et poète français (1790-1869).

Top 3 du concours du mois
or lucio, 41 pts
argent kerwan, 32 pts
Sondage

Vous êtes ...

Répondre