Philisto > Documents > Un moraliste sur la conquête des Amériques

Un moraliste sur la conquête des Amériques


Visualisations : 2406
Modifié : 15/02/2016 à 14h30


Notre monde vient d'en trouver un autre [...] non moins grand, plein et membru que lui, toutefois si nouveau et si enfant qu'on lui apprend encore son a, b, c : il n'y a pas cinquante ans qu'il n'avait ni lettres, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni blés, ni vignes ; il était encore tout nu au giron et ne vivait que des moyens de sa mère nourrice. [...] Bien crains-je que nous aurons bien fort hâté sa déclinaison et sa ruine par notre contagion, et que nous lui aurons bien cher vendu nos opinions et nos arts. C'était un monde enfant ; si ne l'avons nous pas fouetté et soumis à notre discipline par l'avantage de notre valeur et forces naturelles, ni ne l'avons pratiqué par notre justice et bonté, ni subjugué par notre magnanimité. La plus part de leurs réponses et des négociations faites avec eux témoignent qu'ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et en pertinence. L'épouvantable magnificence des villes de Cuzco et de Mexico, et, entre plusieurs choses pareilles, le jardin de ce roi où tous les arbres, les fruits et toutes les herbes, selon l'ordre et grandeur qu'ils sont en un jardin naturel, étaient excellemment formés en or ; comme en son cabinet tous les animaux qui naissaient en son état et en ses mers, et la beauté de leurs ouvrages en pierreries, en plume, en coton, en la peinture, montrent qu'ils ne nous devaient non plus en l'industrie. Mais quant à la dévotion, observance des lois, bonté, libéralité, loyauté, franchise, il nous a bien servi de n'en avoir pas tant qu'eux : ils se sont perdus par cet avantage, et vendus et trahis eux-mêmes. [...]

Au rebours, nous nous sommes servis de leur ignorance et inexpérience à les plier plus facilement vers la trahison, luxure, avarice et vers toute sorte d'inhumanité et de cruauté, à l'exemple et patron de nos mœurs. Qui mit jamais à tel pris le service de la mercadence [mercantilisme] et de la trafique [commerce] ? Tant de villes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passés au fil de l'épée, et la plus riche et belle partie du monde bouleversée pour la négociation des perles et du poivre : mécaniques victoires ! Jamais
l'ambition, jamais les inimités publiques ne poussèrent les hommes les uns contre les autres à si horribles hostilités et calamités si misérables.

Montaigne, Les Essais (1588), livre III, Paris, Librairie des bibliophiles, 1875, pp. 351-355. Orthographe modernisée.




Cours lié(s) :

Partagez ce document sur un forum (bbcode):

Partagez ce document sur un site web ou un blog (html):


C'était un 9 Février
Evènement : En 1801 est signée la paix de Lunéville entre la France et l'Autriche.

Naissance de : Jacques Monod, biochimiste français (1910-1976).

Décès de : Agnès Sorel, favorite du roi Charles VII (1422-1450).

Top 3 du concours du mois
Sondage

Vous êtes ...

Répondre